lundi 6 juillet 2009

L'espion du pape



Philippe Madral et François Migeat

Fin du 12e siècle, le pape Innocent III est préoccupé par la naissance de la nouvelle "hérésie" qui s'étend dans le Comté de Toulouse : le catharisme. Il mandate son espion secret Francesco Stranieri, celui-ci doit tenter de convaincre le roi de France Philippe Auguste de lancer une croisade contre les Cathares. Devant l'échec de sa mission, Stranieri s'infiltre dans la "Confrérie Blanche", société secrète qui mène des expéditions contre les "hérétiques". Il cotoie alors les deux parties, son but étant d'enrayer la propagation de cette nouvelle religion... Le livre se clôt sur l'événement qui a provoqué "la croisade contre les Albigeois".

Je renoue avec mes premières amours : les romans historiques ! Je me suis lancée dans celui-ci avec plaisir, je connais très peu cette période historique et me régalais à l'avance. L'aspect historique m'a comblée, la situation politique est bien campée : Innocent III qui réprouve les abus des représentants de l'Eglise, le Comte de Toulouse qui tente de faire preuve de Tolérance et essaie de faire cohabiter les différentes religions sur ses terres, le Roi de France qui refuse d'être vassal du Pape... Ca m'a donné très envie d'approfondir mes lectures sur cette période et ma LAL s'est allongée de quelques titres.

Néanmoins, le côté "roman" m'a moins emballée... Les auteurs ont tenté d'intégrer des personnages fictifs dans cette grande Histoire et j'ai regretté un manque de profondeur dans les caractères des protagonistes. Il a manqué à ce livre le souffle romanesque qui permet de s'y plonger complètement. C'est dommage, on y trouve un plaidoyer pour la Tolérance, la Liberté, une critiques des abus de pouvoir des ecclésiastiques, une condamnation des croisades qui se révèlent être au final un massacre aveugle bien loin des idéaux religieux.

Malgré ça, j'ai beaucoup aimé cette lecture qui a su me donner l'envie de mieux connaître cette période et de retourner sur les lieux des ces célèbres "disputes" (Albi, Narbonne, Carcassonne...).

Lu dans le cadre d'un partenariat entre BoB et les éditions Robert Laffont, merci à eux.

9 commentaires:

  1. Je serais partante pour l'aspect historique j'avoue etre accro à ce genre de lecture , alors peut etre à ajouter sur ma LAL ( je n'aurais pas assez d'une vie moi )

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup les romans historiques mais je ne sais pas trop si je choisirai celui-ci... j'aime bien quand la partie roman est bien aussi...

    RépondreSupprimer
  3. je viens de le finir et je tombe sur ta critique. Nos avis se rapprochent assez. En plus c'est sympa de découvrir un blog que je ne connaissais pas. A bientôt donc.

    RépondreSupprimer
  4. @ Sophie, il part par le courrier cet aprem
    @ Karine :), je suis à la recherche d'un roman "plus palpitant" sur la même période
    @ Zarline, je file de ce pas lire ton billet

    RépondreSupprimer
  5. Au moins le troisième billet sur ce roman et c'est décidé : je m'abstiens ! Sur le catharisme, je te conseille les écrits d'Anne Besson et de Michel Roquebert.

    RépondreSupprimer
  6. Je n'avance pas dans ce livre et pourtant il me plait bien. Je ne comprends pas trop d'où vient ma lenteur.

    RépondreSupprimer
  7. Comme dit sur un autre blog littéraire, ma passion pour l'histoire a une grande influence sur mes choix de romans : celui-ci me tente vraiment.

    RépondreSupprimer
  8. bon sang ça y est je l'ai fini enfin! Le côté historique aurait du être développé davantage, on pouvait se passer du côté romancé. C'est dommage, ça aurait pu être beaucoup plus passionant que ça.

    RépondreSupprimer
  9. @ Ys, merci : je compte bien approfondir le sujet (même si "christi" m'est tombé des mains)
    @ Maja : nous avons eu le même ressenti !
    @ Fanyoun, c'est Sophie qui l'a ;-) !

    RépondreSupprimer